Conseil du mois

Tous les articles 

Faites connaissance

Tous les articles 

Faire baisser le cholesterol

1. Qu'est-ce que le cholestérol ?
Indispensable au fonctionnement du corps, le cholestérol est une graisse fabriquée aux deux tiers par le foie et apportée pour un tiers par l'alimentation. Présent dans la paroi des cellules, le cholestérol leur donne souplesse et force. Il assure également leur protection face aux agressions extérieures. Pour atteindre les différents organes, le cholestérol utilise des transporteurs qui lui permettent de circuler dans le sang. Les HDL (High Density Lipoproteins), connu sous le nom de "bon cholestérol", récupèrent le cholestérol en excès et le ramènent au foie où il est transformé avant d'être éliminé. Les LDL (Low Density Lipoproteins), transportent le cholestérol du foie vers toutes les cellules. Quand les LDL fonctionnent mal ou sont en excès, le taux de cholestérol dans le sang augmente. Le cholestérol s'accumule et forme des plaques qui peu à peu bouchent les artères. C'est pourquoi le LDL est surnommé le "mauvais cholestérol".
PLaque d'athérome
2. Pourquoi le cholestérol augmente-t-il ?
Les mauvaises habitudes alimentaires en premier lieu (excès d'acides gras saturés notamment), mais aussi le stress, les prédispositions génétiques, certaines maladies (maladies rénales, hypothyroïdie), la prise de certains médicaments favorisent l'augmentation du taux de cholestérol dans le sang. En outre le tabagisme, la consommation d'alcool, l'hypertension, le diabète, le surpoids, la sédentarité sont des facteurs qui, associés à l'excès de cholestérol, augmentent de façon exponentielle les risques cardiovasculaires.

3. L'excès de cholestérol est-il lié au poids ?
Cholestérol et poids peuvent être liés. La surcharge pondérale qui se loge de préférence dans les parties hautes du corps (cou, ceinture scapulaire, abdomen) s'accompagne très souvent de nombreuses anomalies : hypertension, diabète de type 2, augmentation des triglycérides et hypercholestérolémie. Une perte de poids même modérée améliore la santé des personnes dont l'indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à la normale.

4. Les aliments gras sont-ils à bannir définitivement ?
Pour réduire son taux de cholestérol, il n'y a pas de mystère il faut d'abord changer ses habitudes alimentaires. Tous les aliments gras ne sont pas à proscrire. Il faut éviter les apports excessifs en graisses saturées et privilégier les apports de matières grasses dites "insaturées" dans l'alimentation.Matières grasses

5. Qu'appelle-t-on généralement « bonnes » graisses ?
Il faut d'abord savoir qu'il n'y a pas de "bonnes" ou "mauvaises graisses" en soi, puisque ce sont les quantités excessives ou insuffisantes ingérées qui peuvent avoir des conséquences préjudiciables pour l'organisme.
Les acides gras insaturés, dits "bonnes graisses", sont surtout présents dans les huiles végétales, les oléagineux et les poissons.
Les oméga-3 sont d'actualité car notre alimentation moderne en manque cruellement : ces acides gras insaturés participent au bon fonctionnement du système cardiovasculaire. On les trouve uniquement dans les aliments (ils ne sont pas produits par notre organisme) et particulièrement dans les huiles de lin, caméline, colza, chanvre, noix et soja (préférer les huiles de première pression à froid et bio) et dans les poissons gras.
D'autres acides gras insaturés (oméga-6, oméga-9.) sont bénéfiques : les oméga-6 par exemple, sont présents notamment dans les huiles de tournesol, soja ou maïs.
Pour un bon équilibre alimentaire, les nutritionnistes préconisent d'apporter ces acides gras insaturés oméga-6 et oméga-3 en quantités équilibrées dans notre alimentation (recommandation : rapport oméga-6/ oméga-3 proche de 5).
Aujourd'hui les apports en oméga-3 sont insuffisants pour atteindre cet équilibre.

6. Quel est l'intérêt des légumes et des fruits dans un régime anti-cholestérol ?
Pauvres en matières grasses et en calories, les fruits et les légumes rassasient tout en apportant des micronutriments - vitamines, minéraux, oligo-éléments, fibres - essentiels à l'organisme. Ils contiennent notamment des antioxydants, qui préviennent l'oxydation du cholestérol et évitent la formation de plaques dans les artères. Associée à une diminution des graisses saturées, la consommation de fruits et de légumes protège la santé cardio-vasculaire.


Lire nos articles :
Le Cholestérol et les maladies cardio-vasculaires
Cholesterol, statines et fatigue musculaire



Guy Toscano - Pharmacien
Diplômé de Phyto-aromathérapie et  Plantes médicinales
Conseiller en Nutrition et compléments nutritionnels.

Le Cholestérol et les maladies cardio-vasculaires

Le Cholestérol et les maladies cardio-vasculaires

Les maladies cardio-vasculaires (MCV), infarctus du myocarde, angines de poitrine, accidents vasculaires cérébraux et hypertension sont la première cause de morbidité et de mortalité (32%) devant le cancer.

La plupart des MCV sont dues à l’athérosclérose = durcissement des artères associé à un dépôt d’un complexe graisseux = plaque d’athérome. Cette plaque arrive en deux temps :
  • altération de la paroi artérielle : tabac, alcool, LDL cholestérol, hypertension, radicaux libres
  • formation de l’athérome par un mécanisme complexe où le LDL cholestérol et les graisses ou lipides ou acides gras (AG)  sont en jeu.
La plaque d’athérome grossit progressivement et finit par obstruer l’artère (carotide, aorte, cerveau, membres inférieurs) C’est l’ischémie : infarctus (caillot), embolie pulmonaire (caillot) angine de poitrine, accident vasculaire cérébral (AVC obstructif).

Les principales causes des MCV sont le tabagisme, l’obésité, la sédentarité, l’hypertension artérielle, les anomalies du métabolisme des glucides (diabète) des lipides (cholestérol, triglycérides) en tout près de 250 causes. Le stress est un facteur très aggravant.

Le Cholestérol

C’est un lipide de la famille des stérols présent dans les graisses animales ; il est un constituant majeur des membranes cellulaires. C’est un précurseur des hormones stéroïdiennes et de la vitamine D endogène.
Le taux doit être inférieur à 2g /l avant 50 ans. Il y a un apport exogène et une synthèse endogène par le foie qui régule le taux de cholestérol.
Les graisses saturées, en excès, génèrent du cholestérol.

On distingue deux types de cholestérol :
  • HDL Cholestérol = bon cholestérol, transporteur du cholestérol vers le foie ; il assure la protection cardiovasculaire. Doit être > 0,6 g /l
  • LDL Cholestérol = mauvais cholestérol. Distribue le cholestérol vers les organes et les cellules. Il est athérogène. Doit être < à 1,6g/l. Le danger est son oxydation : il pénètre alors et adhère aux parois des vaisseaux en formant la plaque d’athérome avec ses dangers déjà exposés.

Les Triglycérides

Ils constituent le maillon métabolique intermédiaire entre les sucres et les graisses. Ce sont les lipides sanguins ; ils sont synthétisés par le foie.
Ils doivent être inférieurs à 1,65g/l.

Les hypertriglycéridémies sont :
  • alcoolo-dépendantes
  • glucido-dépendantes
  • liées à l’excès pondéral : la correction se fait par les acides gras polyinsaturés d’origine végétale (AGPI) et les oméga-3 d’origine marine.
Attention à certains médicaments et pilules contraceptives qui augmentent le mauvais cholestérol.


Solutions
  • régime normo calorique.
  • Baisser l’apport de graisses d’origine animale.
  • Eviter les mauvaises huiles végétales : raffinées, hydrogénées ou trop chauffées (surtout polyinsaturées) qui contiennent des acides gras trans.
  • utiliser pour les salades des huiles vierges bio de première pression à froid (HVPPF) monoinsaturées et polyinsaturées contenant des acides gras oméga-3 (acide α-linolénique) et oméga-6 ( acide linoléique) en bonne proportion (huile de Colza, huile de Noix) ou riches en acide α-linolénique (huile de Caméline, huile de Lin) à mélanger avec l’huile d’Olive : 1/3 huile de Lin - 2/3 huile d’Olive) Les acides gras polyinsaturés (oméga-6 et oméga-3) sont dits essentiels (AGE) car ils ne sont pas fabriqués par notre organisme et doivent donc être apportés par l’alimentation. Le rapport oméga-3 / oméga-6 doit être au maximum de 1/5 soit au maximum 5 fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3 ; or l’alimentation actuelle apporte beaucoup trop d’acides gras de type oméga-6 (jusqu’à 1/80)
  • utiliser pour les fritures (à limiter) des huiles stables à la chaleur : huile d’olive ou d’arachide. Rejeter pour cette utilisation les huiles citées ci-dessus ainsi que toutes les huiles polyinsaturées à oméga-6 : huile de tournesol, mais ou pépins de raisin (législation française obsolète datant de 1973)
  • Manger des poissons gras riches en oméga-3 à longue chaîne (EPA et DHA)
  • Consommer des aliments qui apportent des anti-oxydants évitant l’oxydation du cholestérol (vit E, vit C, carotène, polyphénols, …)
  • Consommer des aliments qui apportent des fibres, piège à cholestérol mais aussi à sucre et calories. 30 à 35 g/jour ; déficit actuel de l’ordre de 50% : légumes, céréales demi raffinées …)
  • Supprimer le lait et les laitages de vache riches en acides gras saturés sauf yaourt. Consommer du soja (« lait », yaourts..) Le soja, riche en protéines comme le lait, contient des acides gras végétaux bien équilibrés.  Par ailleurs, il est riche en lécithine qui fait baisser le cholestérol.
  • Consommer uniquement des sucres lents (céréales bis ou complètes)

En pratique
  • réduisez au maximum les graisses d’origine animale, les graisses trans (margarine, fritures, viennoiseries)
  • Réduisez les plats industriels préparés d’avance riches en graisses animales ou végétales (trop d’oméga-6 trans)
  • Eviter les fritures : ne pas utiliser les huiles polyinsaturées mais l’huile d’olive ou d’arachide qui résistent à la chaleur.
  • Utiliser exclusivement  pour l’assaisonnement les huiles végétales bio conseillées ci-dessus : ce sont les bons acides gras qui font baisser le cholestérol.
  • Manger trois fois par semaine des poissons gras crus, marinés ou pochés (la chaleur altère les omégas-3) ou prendre un complément nutritionnel aux omégas-3 marins.
  • Légumes cuits et crus (minéraux, vitamines, anti-oxydants et surtout fibres)
  • Céréales complètes ou demi complètes (sucres lents) pour les vitamines, les minéraux et surtout les fibres, pièges à calories et matières grasses. Le raffinage enlève la quasi totalité de ces nutriments.
  • Fruits pour les anti-oxydants et certains d’entre eux pour les fibres notamment la pomme.
  • Consommer du soja (lait, yaourts.)
  • Les féculents tels les légumineuses sont conseillés : poix chiches, lentilles, haricots, petits poix  (sucres très lents + protéines végétales)
  • Prendre un bon antioxydant (*) avec notamment de la vitamine E naturelle et des polyphénols.
  • Prendre de la Coenzyme Q10 : permet de mieux bruler les graisses, combat la fatigue et les effets secondaires des Statines.
  • Prendre éventuellement de la lécithine de soja.
  • Prendre des phytostérols et des policosanols.
  • Prendre de la levure rouge de riz  si cholestérol élevé (statine like) et si ne voulez pas prendre une statine.
  • Pensez à drainer régulièrement le foie : desmodium, chrysanthellum, artichaut, chardon marie séparément ou associés (Choleolmoins ®) huiles essentielles (helichryse, carotte..)
  • Faire un exercice physique régulier.

Remarques
  • Lait de soja : marque Bonneterre conseillée pour la qualité et l’excellent goût, à défaut lait de soja Biocoop ou Sojade.
  • (*) marque synergia vivement conseillée.
  • Consulter le site www.lanutrition.fr, site régulièrement mis à jour en fonction des découvertes scientifiques et contrôlé par des médecins nutritionnistes.

Livres conseillés
  • «Le parcours d’Okinawa» du Dr Jean Paul CURTAY   
  • «Le Guide familial des aliments soigneurs» des Dr Jean Paul CURTAY et Rose  RAZAFIMBELO
  • «Le Cholestérol» aux éditions Alpen
  • «Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent, il vous soignera sans médicament» du Cardiologue Michel de LORGERIL.


Guy Toscano - Pharmacien
Diplômé de Phyto-aromathérapie et  Plantes médicinales
Conseiller en Nutrition et compléments nutritionnels.

Cholesterol, statines et fatigue musculaire


1/ Synthèse endogène du cholestérol et rôle des statines

La synthèse endogène du cholestérol se fait essentiellement dans les cellules du foie à l’aide d’une enzyme, l’hydroxyméthylglutaryl-Coenzyme A réductase (ou HMGCoA réductase)      
Le cholestérol  est :
- indispensable  à toutes nos cellules pour la synthèse de leurs membranes
- c’est le précurseur des hormones stéroïdes : DHEA, œstradiol, estrone, estriol, progestérone, testostérone, cortisol
- c’est le point de départ  d’une autre hormone : le cholécalciférol ou vitamine D3
- c’est le constituant essentiel de la bile
La chaine du cholestérol  conduit également à la synthèse de divers composés en faibles quantités dont l’ubiquinone ou CoQ10.
Les statines inhibent l’action de la HMGCoA réductase ce qui aboutit à une synthèse moindre par l’organisme du cholestérol mais également des ubiquinones (voir ci-dessous)





2/ Rôle des Ubiquinones  ou CoQ10

Chez l’homme, la capacité du foie à  synthétiser le CoQ10 diminue avec l’âge, le stress, la consommation de tabac ou d’alcool, l’effort physique extrême, entrainant ainsi de la fatigue et un manque d’endurance.

La coenzyme Q10 est une molécule présente dans les mitochondries de toutes les cellules de l’organisme où elle joue un rôle central dans la production d’énergie, cet aspect énergétique étant primordial pour la fonction musculaire. La coenzyme Q10 possède également des propriétés antioxydantes complexes : elle agit en synergie très étroite avec la
vitamine E, la vitamine C et le glutathion dans la protection des membranes contre le stress oxydant (peroxydation des lipides conduisant à l’athérosclérose). Une diminution de la disponibilité de la coenzyme Q10 peut entraîner une altération de la membrane avec des dommages conséquents pour la cellule.

Les statines sont des inhibiteurs de l’hydroxyméthylglutaryl-Coenzyme A réductase ou HMGCoA réductase. Il est normal, et de diverses études l’ont  montré, que la baisse du taux de cholestérol avec les statines entraine une baisse des niveaux de la coenzyme Q10.
Ces études ont montré également qu'en administrant un complément de coenzyme Q10 avec les médicaments, on pouvait, non seulement prévenir la baisse mais également induire une augmentation des niveaux de coenzyme Q10.

Par ailleurs, selon une étude effectuée sur un panel de 650 patients sous statines, 87% des patients ont consulté leur médecin suite à des effets secondaires, tels que des douleurs musculaires (Golomb 2007).
De plus, une étude contre placebo sur 32 patients a démontré que lorsque les patients étaient supplémentés en coenzyme Q10 (100 mg / jour) en même temps que la prise de statines, il y avait diminution ou disparition des douleurs musculaires (caso 2007).


3/ Sources naturelles de CoQ10 :


Notre alimentation – abats, bœuf, sardines, maquereaux, huile de soja – apportent 3 à 10mg par jour alors que nos besoins seraient de 20 à 300mg par jour.


4/ Intérêt de la supplémentation en Coenzyme Q10 :


La supplémentation en coenzyme Q10 des personnes prenant des statines peut donc améliorer l'observance des traitements en supprimant ou diminuant les effets indésirables des statines.
Il est conseillé de prendre la forme active de la CoQ10 - celle qui est présente à 95% dans le sang – c’est-à-dire la CoQ10 réduite ou non oxydée =  CoQ10H2 ou Ubiquinol.

 Nous vous proposons à la pharmacie le complexe OrthoQ10H2 ® 100 mg des laboratoires ORTHONAT Nutrition  dont la composition est :
- CoQ10 non oxydée : 100 mg
- Vitamine E : 2,4 mg

- Huile de lin : excipient riche en oméga 3 végétal (acide α-linolénique ou ALA.

 

Posologie : une capsule par jour au repas de midi ou au petit déjeuner si présence de corps gras.
Dés disparition des troubles, rechercher une posologie utile plus faible par exemple une capsule tous les deux ou trois jours.

Il n’y a cependant aucun inconvénient à prendre chaque jour un complément nutritionnel à base de CoQ10 qui, je le rappelle, est un antioxydant puissant cellulaire, un protecteur cardio-vasculaire et un puissant énergisant apportant un bien-être général.


5/ Conclusion :

La CoQ10 est une molécule importante dans la production d’énergie par la mitochondrie et qui possède en plus des propriétés antioxydantes particulièrement complexes. La CoQ10 agit en synergie très étroite avec la vitamine E dans la protection des membranes cellulaires contre le stress oxydant. Ces deux propriétés étroitement liées font que la coenzyme Q10 est considérée comme un agent thérapeutique intéressant dans diverses pathologies caractérisées par des altérations mitochondriales et/ou par la présence d’un stress oxydant (athérosclérose).
Les patients qui prennent des statines éprouvent souvent un manque d'énergie, de la fatigue à l'effort, ou les deux, et des douleurs musculaires. Cela est dû à un déficit en CoQ10 dont la production endogène a été inhibée partiellement par les statines ; une complémentation à raison de 50 à 100 mg/jour de CoQ10 fait disparaître ces désagréments.
Il est préférable de prendre la forme active de la CoQ10, c'est-à-dire la CoQ10H2 ou Ubiquinol.


Guy Toscano
Pharmacien
Diplômé de Phyto-aromathérapie et Plantes médicinales
Conseiller en Nutrition et compléments nutritionnels